COMMENT FAIRE LE NETTOYAGE DE FIN DE CHANTIER ?

COMMENT FAIRE LE NETTOYAGE DE FIN DE CHANTIER ?

Souvent les artisans et même les particuliers ne sont pas formés à l’utilisation des produits de nettoyage ainsi qu’aux ustensiles et matériels mis à leur disposition sur le marché pour réaliser un nettoyage de fin de chantier correctement.

En revanche, il convient de connaitre certaines règles de nettoyage pour avoir une action efficace, pour laisser une surface agréable au client et, surtout, ne pas détruire la surface que l’on a posée. Nous avons déjà vu des travaux de pose de carrelage ou de parquet réalisés dans les règles de l’art. Mais, au cours du nettoyage, l’utilisation d’un produit inadapté ou d’un ustensile trop abrasif a presque détruit le support. C’est plus que dommage ! Pour cela nous allons voir les différentes étapes, l’ordre d’avancement et surtout la bonne utilisation des produits de nettoyage.

Ordre des opérations de nettoyage de fin de chantier :

C’est une évidence, mais la première opération est de dégager les outils et les grosses salissures du site. Les coupes, les restes de matières premières et les différents auxiliaires de fabrication engendrent des débris. Il faut les retirer et surtout les trier. Il y a encore un gros effort à faire dans le domaine du bâtiment pour réaliser un tri des encombrants, mais de nouvelles règles devraient rentrer en vigueur pour améliorer cette action. Cette première étape s’appelle le dérochage. On la trouve aussi dans le monde du lavage de la vaisselle. On ne pourra avoir une action ciblée et précise que si on commence par enlever le gros des déchets.

Puis vient souvent une opération de balayage ou d’aspiration. Il ne faut surtout pas commencer à mouiller les poussières présentes sur les surfaces. C’est souvent une erreur commise. Imaginez un reste de ciment, que vous allez remettre en solution.

Des problèmes supplémentaires apparaissent,. Enlever et nettoyer ce dépôt de ciment sec est difficile.. Le balayage et l’aspiration se font toujours du haut vers le bas. La gravité sur Terre soumet son action. Commencer par les surfaces hautes vous permet de suivre le sens de dépôt des poussières. Le balayage et l’aspiration sont nettement plus efficaces ainsi.Il convient aussi d’entretenir son matériel d’intervention. Un aspirateur ou un lavage à plat en mauvais état ne vont pas donner de bons résultats. Nous parlerons plus bas de l’image de marque et de l’impact d’un bon nettoyage de fin de chantier. Mais il est évident, que de venir sur un chantier avec du matériel en bon état, donne plus confiance sur le résultat final du nettoyage.

Mais nous devons aussi aborder les salissures présentes. Il faut savoir identifier les salissures qu’il faudra nettoyer. Les chantiers génèrent beaucoup de particules et de poussières. Mais il peut y avoir aussi des résidus de liquides.

Bien souvent dans la majorité des cas ce sont des particules solides et relativement fines qui doivent être aspirées. Pour cela il faut bien veiller à avoir le matériel adapté. Les aspirateurs de chantier ont généralement des sacs en tissus jetables et non des sacs papiers. Cette différence est importante pour éviter de crever le sac en papier par des particules pointues ou coupantes.

De plus elle permet une première filtration de l’air rejeté par l’aspirateur et évite que cet appareil électrique destiné à aspirer les salissures ne se transforme en diffuseur de particules ! Par cette opération on élimine 80 % des salissures. Et déjà, les matériaux mis en place lors du chantier vont avoir un aspect plus noble. Il est dommage, d’investir dans des matériaux et que ceci ne soient pas nettoyés et mis en valeur par un nettoyage.

Il existe également des filtres HEPA13 qui vont filtrer encore plus le rejet de particules et pour certains ciments ou mortiers qui sont très fins, cela peut être utile. Cela évite de déplacer dans l’atmosphère ces particules et de nettoyer une pièce de vie pour en salir une autre !

Il y a aussi des salissures liquides. Nous conseillons dans un premier temps de les essuyer. Bien souvent on ne sait pas de quoi il s’agit et les traiter tout de suite avec une chimie peut être dangereux. Les produits chimiques en phase liquide n’aiment pas être mélangés ! Dans un premier temps, il faut utiliser de l’eau simplement.

La notion de pH :

Il convient aussi de parler de pH, abréviation de potentiel Hydrogène. C’est une valeur comprise entre 0 et 14 et qui va déterminer si le produit en phase aqueuse, c’est-à-dire mélangé avec de l’eau, est plutôt acide ou au contraire alcalin. Sur cette échelle, la valeur du pH d’un produit proche de 0 définit ce produit comme étant un acide. En revanche, plus on monte sur une valeur proche de 14 plus le produit est alcalin (on trouve parfois dans la littérature le terme de basique). Cette valeur est très importante pour savoir quel produit on doit utiliser pour nettoyer certain type de salissures.

Les acides seront toujours utilisés pour nettoyer des particules minérales. Ces particules minérales sont très fréquentes sur les chantiers. On les trouve dans le plâtre, le ciment, certain mortier, …. Pour les retirer, il faut absolument utiliser des produits acides dont le pH est proche de 3. Une dilution avec de l’eau à 5 ou 10% est généralement conseillée.

Les alcalins seront toujours utilisés pour nettoyer des salissures organiques ou grasses. Sur les chantiers, on trouve des huiles, des graisses voire des produits de protection de sol qui doivent être retirés avec des alcalins. Ces produits ont généralement des pH proche de 13 et seront aussi à utiliser à une dilution de 10-20% avec de l’eau.

Cette notion de pH est essentielle. Souvent on néglige cette première approche mais dans le domaine de la chimie du nettoyage, c’est primordial. D’ailleurs, vous pourrez ouvrir votre placard et constater que les industriels fabricants de produits de nettoyage mentionnent toujours cette indication sur leurs bidons. Savoir ce que l’on va utiliser, permet de gagner du temps et de l’argent.

La notion de cercle de Sinner :

Une autre notion est indispensable pour rendre le nettoyage efficace. Dans le métier du nettoyage, on dit que pour bien nettoyer, il faut du TACT. Cela fait référence au 4 composantes du nettoyage, mises en évidence par M. Sinner. En effet, il a démontré que ces 4 composantes étaient indispensables pour avoir un nettoyage efficace. Ces 4 composantes sont :

La Température : vous faites l’expérience tous les jours en lavant à la main un plat dans votre évier. Nous remarquons tous que, notamment, pour des salissures grasses, il convient d’utiliser de l’eau plutôt chaude que froide. Attention chaud ne veut pas dire bouillant. Il ne faut pas cuire les salissures mais une température de 40-50°C nous aide à décrasser des salissures. En revanche, l’action de la température n’a aucune efficacité sur les salissures minérales.

L’Action Mécanique : Bien souvent on pense huile de coude. En fait, il faut plutôt penser ustensile de nettoyage. Certains outils nous aident à récurer ou à polir. Savoir choisir le bon ustensile nous permet d’avoir une synergie avec l’action chimique. Il faut toujours se méfier de la résistance des surfaces et faire en sorte qu’un décapage ou un récurage, n’endommage pas la surface, en la rayant par exemple.

La Chimie et la Concentration : la notion de pH est importante pour l’élimination d’un type identifié de salissures. Mais dans un produit de nettoyage, il y a aussi des molécules que l’on appelle des tensio-actifs. Ces molécules vont servir pour décrocher des salissures sans pour autant avoir des pH forts. Pour tous les produits de nettoyage et surtout des produits professionnels, il faut se référer à la fiche technique et aux dosages préconisés sur les emballages.

Pas assez de produit en concentration ne rendra pas le nettoyage efficace. Trop de produit engendra certainement un problème de rinçage de la solution. Un produit peut ne pas avoir de pH. Ils sont accessibles dans le commerce mais ne sont pas mélangés à l’eau. . Ce sont des solvants. Vous connaissez des noms comme acétone, white spirit, … mais attention, il convient de les utiliser prudemment.

Le Temps d’action : il n’existe pas de produits miracles qui vont tout nettoyer en un clic. La chimie a besoin de temps pour agir. Bien souvent on oublie qu’une réaction chimique n’est pas instantanée et que pour nettoyer en profondeur, il faut un temps d’action. Le temps d’action consiste à déposer une solution de produit sur une surface et à laisser le temps à cette solution d’agir pour remettre en solution une salissure. Une fois remise en solution, la salissure peut être éliminée.

Le port d’EPI :

Vous l’avez bien compris, le nettoyage utilise des produits chimiques dont il faut se méfier. Lorsqu’on entame un nettoyage avec des solutions acides ou alcalines, il faut se protéger. La peau la plus en contact avec ces solutions est celle des mains. De simples gants vinyles peuvent ne pas suffire. Beau d’entreprises de nettoyage utilisent des gants spécifiques, qu’on appelle Ultra nitrile. Ces gants sont beaucoup plus résistants à la chimie et vont éviter de se bruler la peau lors de l’opération.

On oublie aussi des lunettes de sécurité pour éviter les projections dans les yeux. Les lunettes ou surlunettes protègent très efficacement contre les projections. Sur un chantier, il faut toujours avoir un point d’eau à proximité pour se rincer les yeux en cas de projection. Les professionnels du nettoyage vous le diront, cela représente un nombre important d’accident du travail alors que la solution est très simple pour les éviter.

Dernières brulures chimiques, ce sont les brulures au niveau des pieds et des genoux. Les solutions acides ou alcalines sur le sol attaquent les pieds. De simples chaussures ne peuvent pas protéger de cette attaque chimique. De même qu’un genou à terre, va mettre de la solution sur le pantalon et quelque temps plus tard les produits, qui sont souvent corrosifs, vont ronger la peau.

Le port d’EPI est souvent délaissé . Mais il reste important pour éviter des accidents. Des gestes simples de protection vont nous faciliter la vie et éviter de compliquer cette action de nettoyage.

En conclusion, nous avons vu que le nettoyage de fin de chantier obéit à des règles basées sur la chimie et des réactions physico-chimiques. Il faut réfléchir à l’organisation du nettoyage avant de le démarrer.

La conséquence d’un nettoyage de fin de chantier réussie est double :

Pour vous, vous restituer une opération de construction ou de rénovation dans un univers propre. L’impression d’un chantier nettoyé est toujours plus agréable, qu’un chantier laissé sale avec de multiples déchets. Les professionnels engage leur image de marque.. L’impression d’avoir fait un travail net jusqu’au bout doit être votre ligne de conduite.

Pour le client, c’est le même constat. Nous avons parlé de l’image de professionnel, c’est souvent cette action dont se souviendront les clients. En effet, ils n’ont pas de doute sur les capacités professionnelles des artisans qui interviennent sur leur chantier. En revanche un mauvais nettoyage ou un chantier laissé sale, envoie une image négative. Le nettoyage de fin de chantier doit être considéré comme une étape importante de la réalisation d’un chantier. Brocéliande Extension peut vous conseiller!

Gael Le Chenadec

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :